Je suis une maman imparfaite mais heureuse

Vous avez déjà ressenti cette culpabilité lorsqu’une maman vous raconte toutes ces choses formidables qu’elle fait avec ses enfants ? Cette sensation d’être une maman imparfaite, qui court après le temps et manque celui avec ses enfants ? Bienvenue dans mon monde !

Illustration Pixabay

Avant tout, ne voyez rien de négatif dans ce post. Je l’écris justement parce que j’ai tiré des enseignements de certaines situations, voire même de certaines de mes propres actions, et j’aimerais les partager avec vous. Il s’agit plutôt d’un post bienveillant envers moi-même et envers toutes celles qui ont ressenti ou ressentent la même chose.

1. Le temps de la culpabilité

Il m’arrive, souvent, d’entendre des mamans raconter ou de lire des articles qui expliquent toutes les activités formidables qu’elles font avec leurs enfants, et toutes les sorties qu’elles partagent avec eux… C’est génial parce qu’on ressent tout l’amour qu’elles portent à leurs enfants. Et en plus ça donne des idées de choses ou de sorties à faire avec les nôtres.

Personnellement, c’est toujours comme ça que je l’ai ressenti. Mais, parce qu’il y a forcément un mais, il s’ensuit toujours (ou assez souvent) une petite frustration, un petit sentiment de culpabilité et une pression, une énorme pression !

Le fait de ne pas avoir le temps ou de ne pas prendre le temps pour faire la même chose avec mes enfants. Cette culpabilité, de me dire « mais moi je ne fait pas tout ça ! » ou alors « mes enfants ne connaissent pas ça! » ou pire « et si on en parle à l’école et qu’ils ne connaissent pas ? »… bref que des questions idiotes on le sait bien, mais qui aiguisent cette culpabilité en nous de ne pas faire ou pas faire aussi bien que. Cette idée d’être une maman imparfaite loin des modèles qu’on s’est imaginés. Puis, vient ensuite la pression. Cette pression, que je me mets moi-même et que bien souvent on se met soi-même, en se disant « oulala il faut que ça change, on va faire ça, et ça puis encore ça »… Vous voyez ce que je veux dire ?

2. Le temps de l’action

Alors pour estomper cette idée que je suis une maman imparfaite, qui ne fait pas découvrir des choses à mes enfants, je me suis mise à lire des articles puis des blogs sur quoi faire avec ses enfants, où les amener, quelles activités faire avec eux…

Puis il m’est venu l’idée de faire mon propre blog, où je pourrai montrer que moi aussi je fais des choses avec mes enfants. Montrer que je les aime, que je leur fait découvrir des lieux, des activités, m’assurer qu’ils sont heureux ! Montrer que je ne suis peut être pas encore la maman parfaite, mais que je ne suis plus cette maman imparfaite que j’étais avant.

Oui mais voilà, d’une part, je n’ai pas le temps de faire tout ce que je prévoit avec mes enfants et d’autre part, quand nous faisons des activités ou allons quelque part, je n’ai pas le temps d’écrire des articles sur tout ce que je fais avec eux . Retour au point de départ, je suis frustrée.

3. Le temps de la réflexion

En prenant un peu de temps pour réfléchir, j’en suis arrivée à la conclusion que ma réaction était stupide et infondée. Je m’explique. Ce n’est pas parce que je ne fais pas des millions de choses avec mes enfants que je ne les aime pas ou qu’ils ne m’aiment pas. Au contraire, j’apprécie d’autant plus les moments que nous passons ensemble et je pense qu’il en est de même pour eux. De la même manière, je ne dois pas envier les mamans qui font toutes ces activités et sorties avec leurs enfants parce qu’en fait elles prennent le temps de le faire contrairement à moi qui ai choisi de travailler à plein temps 5 jours par semaine (je reviendrai sur ce point un peu plus loin) et donc d’avoir moins de temps à leur consacrer.

Tout est une question de choix. Ma réflexion, m’a aussi amené à me questionner sur le choix de créer mon blog. En choisissant d’écrire ce blog pour partager mes bons plans famille ou mes activités avec les enfants, je le faisais aussi pour me rassurer. Pour me dire, « regardes tu as fait ça et ça avec tes enfants. Tu es allée là et là avec eux. Wow trop bien! tu es une bonne mère! »… Vous la voyez là ma culpabilité et la pression que je me suis mise toute seule ? Bien entendu, je suis heureuse de tenir mon blog et je ne vais pas m’arrêter là. Mais une petite part de moi, le fait pour se rassurer. C’est quand même fou ! Il faut arrêter de se mettre la pression pour rien ! Il faut arrêter de se rendre coupable de ne pas être une maman parfaite ! Personne ne l’est ! Et puis, être imparfaite ce n’est pas si mal. On a le droit à l’erreur.

En allant plus loin dans ma réflexion j’ai fais plutôt un constat : la plupart des mamans que je prenais pour modèle sont à temps partiel ou en congé parental. Là encore, rien de négatif attention ! Au contraire, ce constat m’a permis de relativiser ! Elles ont donc plus l’opportunité de faire ces sorties ou ces activités avec leurs enfants parce qu’elles ont choisi de travailler moins pour se consacrer plus à leur enfant. Comme je l’ai dit, il n’y a rien de négatif dans mon constat. Etre mère au foyer ou à temps partiel, ne veut pas dire n’avoir rien à faire! Bien au contraire, une maman a toujours des choses à faire en plus de s’occuper de ses enfants, je pense que c’est très féminin et qu’on ne peut pas s’en empêcher 😉 Mais du coup, c’est cette réflexion qui confirme mon regret de ne pas avoir repris à 80% lors de la naissance de mes enfants pour justement prendre le temps de leur consacrer du temps. Maintenant, mon petit dernier ayant bientôt 3 ans ce ne sera plus dans le cadre d’un congé parental. Mais, je me pose tout de même la question de travailler au 4/5ème en 2019 pour profiter de mes enfants qui vont entrer au CP et en maternelle en septembre… à suivre donc 😉

Enfin, ma dernière réflexion porte sur cette idée de maman parfaite « en général » que je me suis imaginée. Pas seulement pour les sorties et les activités, mais la fameuse maman parfaite en général, qui fait tout maison, qui est à fond bio, qui est à fond dans l’éducation positive et bien d’autres choses encore… Je pense que beaucoup sont dans ma situation et ont dressé le portrait de la maman parfaite qu’elles souhaitent devenir et à qui elles ne cessent de se comparer, au point de s’en rendre malades. Et oui, parce que cette idée de la maman parfaite n’apporte que stress, angoisses, culpabilité, perte de confiance en soi et j’en passe. Alors oui, on aimerait savoir tout faire, le faire bien, vite et avoir encore assez de temps pour faire des milliards de choses avec nos enfants, tout en ayant encore assez de temps pour soi et pour son couple (bah oui c’est bien connu les journées font 48h!). Seulement, ce n’est pas la réalité des choses. On n’est pas Shiva, on ne peut pas être partout, faire tout, tout le temps. On fait de notre mieux. On fait ce qui nous semble le mieux pour nous et pour nos enfants. Alors, oui peut-être que finalement je ne fais pas toutes ces activités que j’avais prévues de faire avec mes enfants, mais je n’en suis pas moins heureuse et mes enfants n’en sont pas plus malheureux. Parfois, eux non plus n’ont pas envie de faire telle ou telle activité. Ils ont juste envie de jouer aux petites voitures ou de faire un coloriage. Peut-être que je leur fait trop souvent des pâtes et que je les couche trop tôt le soir (enfin quoique 20h c’est une bonne heure pour aller au lit) et que c’est mal parce que je le fais par flemme et pour avoir du temps pour moi pour me la couler douce sur le canapé. Mais en même temps, ce n’est pas grave. Je suis imparfaite mais je suis heureuse !

Alors déculpabilisez et soyez la parfaite maman imparfaite ! 🙂

Rendez-vous sur Hellocoton !

2 réflexions sur “Je suis une maman imparfaite mais heureuse

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.